3e pilier 3A et 3B : comment choisir la meilleure offre ?

230

Le 3e pilier du système de prévoyance suisse est constamment présenté comme un impératif pour tous les actifs suisses. Ce conseil vaut également pour les travailleurs frontaliers. Mais les offres sont très nombreuses, il faut se baser sur quelques critères précis afin de ne pas se tromper sur son choix.

Lire également : Faire carrière dans la banque

Banques, assureurs, offres : quel 3ème pilier choisir ?

Les piliers 3A et 3B fonctionnent différemment et donnent également accès à différents avantages tous intéressants selon les raisons pour lesquelles vous épargnez. Le pilier 3A peut être souscrit aussi bien auprès d’une banque qu’un assureur. Un compte bancaire 3A vous donne accès à une certaine souplesse en ce qui concerne la possibilité de suspendre les cotisations en cas de besoin. Un pilier 3A chez l’assureur n’est pas aussi souple, mais peut s’avérer être plus sécuritaire.

Vous ne pouvez ouvrir un compte pilier 3B qu’auprès d’une compagnie d’assurance. La gestion de son capital est libre, mais ce capital est soumis à l’impôt sur la fortune. La liste des critères à prendre en compte quand on doit choisir une offre pilier 3A ou 3B peut s’allonger. Entre la possibilité de faire une résiliation anticipée, le choix du montant maximum des primes, les déductions fiscales, le taux d’intérêts et les clauses bénéficiaires, il y a une sacrée équation à résoudre avant de souscrire.

A lire aussi : Comment importer un CV sur Indeed ?

Avant de souscrire un ou plusieurs 3e piliers, il vaut mieux se rapprocher d’un professionnel pour se faire conseiller. Du moins, prenez le temps de visiter https://www.troisiemepiliersuisse.info/ pour analyser les comparatifs des meilleures offres 3e piliers selon votre situation. Ces types de simulations plus ou moins fidèles à la réalité, vous permettent de vous projeter afin de choisir l’offre la plus pertinente.

Les deux versions du 3e pilier en détail

Le 3e pilier de la prévoyance suisse est facultatif. Ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas le considérer comme un impératif. Le fait est que les rentes obtenues grâce au 2e et 3e piliers ne représentent généralement qu’à peu près 55 à 60% du dernier salaire de l’épargnant. Ce suppose qu’il n’est pas possible de maintenir la même qualité de vie une fois à la retraite. Il existe deux types de 3e pilier, lequel des deux choisir ?

Le 3e pilier 3A ou pilier lié

Étant donné qu’il s’agit d’un 3e pilier, cette catégorie de pilier n’est pas obligatoire. Cependant, pour réellement en profiter, il faut cotiser jusqu’au départ à la retraite et ne pas y toucher. C’est l’unique façon de bénéficier de la réduction d’impôts sur le revenu de 20 à 40% à laquelle ouvre ce pilier. Il est toutefois possible de résilier le contrat en cas de force majeure uniquement.

Le 3e pilier 3B ou pilier libre

Le 3e pilier 3B est appelé pilier libre pour une raison : il vous offre une certaine liberté de gestion de votre épargne. Tout au long de la vie d’un contrat pilier 3B, souscrit auprès d’un organisme assureur, vous avez un accès libre à capital. Les modalités du pilier 3B sont également plus souples : choix du montant des cotisations, durée de vie du contrat, etc.