Quel est le rôle de l’entrepreneuriat scolaire ?

1

Lorsque vous regardez les blogs sur l’éducation, vous ressentez une ferme intention de changer les choses. Des sujets d’actualité tels que l’école du laboratoire, la refonte de l’école et le plan d’action numérique illustrent bien cette volonté. Tous cherchent à améliorer nos écoles afin qu’elles répondent aux exigences du siècle prochain.

Par Jean-Sébastien Reid, idée d’éducation entrepreneuriale

A voir aussi : Quelles qualités Attendez-vous d'un manager ?

Il semble que ce que nous voulons ne doit pas être analysé uniquement en termes de programmes, d’installations ou de structures. Au lieu de cela, nous devrions imaginer une école orientée vers le plein développement de toutes les personnes qui la fréquentent : les jeunes, les enseignants, les gestionnaires, les professionnels, le personnel de soutien. Une école ouverte à sa communauté et à sa communauté.

L’intégration numérique, la littératie, la numératie, la citoyenneté, les neurosciences, l’efficacité scolaire, le codage, pour n’en nommer que quelques-uns, sont des thèmes qui voyagent joyeusement sur le Web. Mais derrière ces pédagogies, il y a un jeune en quête de sens qui observe les changements que nous tentons de faire. mis autour de lui dans l’intention de le motiver à mieux réussir.

A lire en complément : Quelles sont leurs attentes ?

Le temps que j’ai passé en tant qu’enseignant et en tant que directeur d’école m’a permis de mieux comprendre qui est le principal acteur de la réussite du jeune : le jeune lui-même. Cependant, ils doivent ressentir l’influence d’une équipe qui guidera et guidera leurs choix, mais ils doivent encore apprendre à faire des choix. L’arrivée de la pédagogie entrepreneuriale dans ma carrière a donné une orientation majeure à ma pratique. J’ai vu de petits miracles se produire, j’ai vu des parents s’impliquer dans l’école de leur enfant, j’ai vu des partenaires offrir de l’aide afin que, collectivement, nous mettions tout en place pour que les jeunes aient la chance de faire des choix plus éclairés et plus attrayants.

Mon expérience de compagnon dans le domaine de la formation entrepreneuriale m’a également permis de voir des professeurs à bord les pieds joints, mais aussi d’autres qui doutaient ou ne savaient pas si le jeu valait la chandelle. Je vais vous présenter ici une série de des arguments visant à démontrer la valeur de la formation à l’entrepreneuriat dans les écoles.

1. Croire que nous pouvons être acteurs du changement

Et si la capacité d’imaginer des solutions et de créer des changements venait de l’éducation ?

Les consultants en gestion ou en gestion des ressources humaines publient chaque année des centaines de livres sur la gestion du changement On peut dire que c’est un marché lucratif pour ces auteurs, mais s’il y en a autant, cela signifie qu’il y a un réel besoin !

Jamais, ou en de rares occasions, nous n’avons eu l’occasion de prendre des risques, d’essayer d’expérimenter des problèmes authentiques dans notre carrière scolaire. Nous avons été encadrés étroitement afin de ne pas sortir du moule.

Aujourd’hui, je crois que les intervenants scolaires doivent comprendre que nous ne sommes pas là pour reproduire la moule, mais pour contribuer au plein développement d’individus ayant des caractéristiques et des potentialités uniques.

Plus les jeunes apprennent à mesurer le risque, à vivre dans un état déséquilibré et à le constater ce sont les situations dans lesquelles ils apprennent le mieux, plus ils seront compétents pour apprécier les changements auxquels ils seront confrontés.

2. Croire que nous pouvons influencer le chemin et la destination des jeunes qui passent par nos cours

Nous nous souvenons tous d’un enseignant qui nous a marqué. Pour beaucoup, ces professeurs nous ont influencés dans nos choix de carrière, nous ont orientés vers des choix plus intelligents dans notre vie (amis, boissons, etc.). Les enseignants ont toujours joué le rôle de mentors, de guides pour les jeunes dans leurs classes, mais j’ai l’impression qu’ils étaient minoritaires.

Je pense que nous pourrions envisager qu’une plus grande majorité d’enseignants influencent consciemment le parcours des jeunes en les guidant, en établissant une relation de partenariat. Collectivement, nous pourrions influencer les choix et les expériences enrichissantes que connaîtront les jeunes de nos écoles.

Faisons battre le cœur à l’unisson avec les jeunes de nos salles de classe grâce à notre les passions et les leurs. Nos domaines d’intérêt sont des vecteurs fantastiques pour permettre aux jeunes de se mettre en valeur.

3. Croyant qu’ensemble, nous pouvons changer le monde

« Qu’est-ce que cela me donne de faire ça, personne ne le saura ! « L’un des intérêts de la pédagogie entrepreneuriale dans un monde numérique est précisément de répondre à un problème authentique pour un véritable public cible. Nous ne faisons pas cela. Collectivement, dans une salle de classe ou une école, nous voulons changer les choses. Très souvent, avec l’interconnexion que nous avons désormais grâce aux réseaux sociaux, nos bonnes idées parcourent des milliers de kilomètres. Le battement des ailes du papillon peut provoquer un sursaut de marée inattendu. Nos projets peuvent changer le monde et cette capacité appartient aux jeunes de nos classes. Nous avons donc la chance (et la responsabilité) de faire en sorte que les jeunes réalisent qu’ils peuvent changer les choses, qu’ils ont une influence sur leur avenir et que le monde entier attend leurs idées. Soyons tous des agents de changement.

#Changeons_le_monde_grâce_aux_enfants

4. Croire que nous pouvons enseigner de manière plus authentique

« Quel est l’intérêt de l’apprendre pour moi ? » En tant qu’enseignante, cette question m’a été posée trop souvent. Une réponse un peu stupide que j’ai utilisée auparavant (avec regret aujourd’hui) est « tu le comprendras quand tu seras plus vieux ».

Avec le recul, ce n’est pas le type de réponse qui motive les jeunes ou qui leur donne les moyens d’apprendre. Bien entendu, certains concepts plus abstraits devront peut-être être appris de manière systématique, mais si nous utilisons davantage notre contenu éducatif et didactique dans des contextes authentiques tels que dans le contexte de projets entrepreneuriaux, je peux vous assurer que cette question ne sera plus posée. Les jeunes appliqueront les notions qu’ils ont apprises dans des situations qui leur sont utiles et leur permettront d’en saisir l’utilité.

5. Croyant que les jeunes peuvent être scolarisés… à tous les âges

Le l’authenticité des projets entrepreneuriaux permet d’activer l’engagement des jeunes dans leur vie scolaire, mais il reste encore des prérequis ou des conditions complémentaires à ne pas oublier. Le plus rapidement possible, les jeunes doivent s’approprier le projet, afin qu’il devienne LEUR projet. Étant donné que l’enseignant est souvent à l’origine de l’idée ou de la coordination du projet, en particulier chez les plus petits, il peut être utile d’utiliser des astuces pédagogiques pour interroger et orienter les jeunes vers des choix plus judicieux. Il est également nécessaire que le bénéficiaire du projet (client, public cible, personne dans le besoin) soit bien connu des jeunes et qu’une forme de relation soit établie. Ainsi, les jeunes seront animés par le désir d’aider quelqu’un qu’ils ont l’impression de connaître. Il est également nécessaire que l’enseignant soit transparent et fasse confiance aux jeunes « pour de vrai ». Ne sous-estimez jamais le potentiel des enfants.

6. Croyant que les parents et la communauté peuvent être de véritables

partenaires Malheureusement, nous pouvons lire des articles sur les parents royaux qui fréquentent nos écoles. Des adultes qui ont l’impression de tout savoir sur le travail de l’enseignant depuis l’âge de 16 à 17 ans sur les bancs de l’école. L’éducation est une science qui a énormément évolué ces dernières années ; le travail des enseignants n’est plus le même qu’il y a 20 ans. Cette situation n’a pas seulement changé grâce aux progrès de la science, mais elle a également été transformée par les exigences toujours croissantes imposées à l’école et à sa gestion. Vous ne pouvez plus travailler en vase clos : il faut tout un village pour éduquer les enfants. Le problème, c’est que ni les parents ni l’école ne fixent les règles du jeu. Un meilleur dialogue entre l’école et la communauté mettra sur la table des attentes mutuelles, mais il serait tragique que l’école manque la somme des talents, des ressources et des opportunités offertes par sa communauté de parents, mais aussi ses partenaires. Ouvrons la porte à cet immense potentiel de collaboration. Le projet entrepreneurial est un excellent moyen d’encourager la participation des partenaires. C’est peut-être la première porte ouverte aux parents difficiles. Et vous verrez que lorsqu’ils seront témoins de la motivation et de la capacité de leur enfant à réussir une tâche qui n’est pas seulement académique, ils diront « Huh ! Je ne pensais pas que mon gars/ma fille était capable de le faire ! ». À partir de ce moment, vous serez en mesure d’établir une relation qui vous mènera parfois à une collaboration autour de la table du plan d’intervention d’un jeune.

7. Croyez au pouvoir des jeunes !

Le projet entrepreneurial implique trois rôles principaux chez les jeunes de nos classes : initiateur, directeur et gestionnaire de leur ou des projets dans lesquels ils sont impliqués. Ces trois rôles s’échangent tout au long du processus et chacun est plus à l’aise avec l’un ou l’autre. Il appartient donc aux enseignants de voir, de mettre en valeur les points forts et de développer chez les jeunes les rôles dans lesquels ils semblent plus effacés.

Bien qu’il puisse être décourageant de parler à des adultes qu’ils ne connaissent pas, les jeunes réussissent souvent mieux que les enseignants eux-mêmes dans les négociations. Ils ont la franchise et la vivacité qui enflamment le cœur des partenaires. Ils ne mettent pas tous les freins que nous imposons en tant qu’adultes. Soyons briquets de lampadaires, permettons aux jeunes d’exprimer leurs passions et de les transmettre à ceux qui les entourent et à leurs partenaires.

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » — Mark Twain

La formation à l’entrepreneuriat permet aux jeunes de prendre le contrôle de leur pouvoir d’action. Grâce à ce chemin, ils développeront leur confiance en eux, leur débrouillardise, leur créativité et autres. C’est une occasion en or d’aider les jeunes à développer le meilleur CV qui puisse exister afin qu’ils puissent réussir et s’épanouir dans leur vie !