Comprendre et éviter la maltraitance chez les personnes âgées

706

La maltraitance, c’est un sujet qu’on n’ose pas toujours mettre sur la table et sur lequel on ferme encore les yeux. Pourtant, d’après l’OMS, c’est près d’un senior sur six qui a été victime de maltraitance dans son environnement familier en 2022 et dans les établissements spécialisés, les chiffres sont encore plus honteux. Si on a du mal à en parler, c’est aussi quelque part qu’on ne comprend pas toujours de quoi il s’agit. Zoom sur la maltraitance.

La maltraitance, différentes formes

L’OMS définit la maltraitance comme un acte isolé ou répété ou l’absence d’intervention appropriée se produisant dans toute relation de confiance et causant un préjudice ou une détresse chez le senior. À cette définition, le conseil de l’Europe ajoute « tout acte ou omission, commis par une personne, s’il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique ou à la liberté d’une personne âgée ».

Lire également : Pourquoi opter pour un cahier Seyès plutôt qu'un cahier ligné

On peut en comprendre que la maltraitance peut prendre différentes formes avec :

  • Des violences physiques comme des coups ou des blessures : c’est la forme la plus visible, mais elle n’est pas fréquente,
  • Des violences psychologiques comme des insultes ou des menaces : c’est toute forme de violence psychologique de l’ordre du manque de respect,
  • Des violences financières comme des vols,
  • Des violences civiques et des abus de droit comme un placement en institution de force ou un détournement de procuration,
  • Des négligences qui peuvent être passives ou actives. C’est le cas d’un abandon de la personne ou l’administration de médicaments sous une mauvaise forme.

A lire également : Habilitation ATEX : comprendre les niveaux et obligations réglementaires

Détecter la maltraitance envers les personnes âgées

Cette maltraitance, si on n’en parle pas beaucoup, c’est qu’elle n’est pas facile à déceler. Dans la plupart des cas, les victimes restent dans le silence, car elles se sentent impuissantes ou craignent les représailles. Certaines personnes âgées peuvent également ne pas être conscientes de la situation, notamment que la situation est anormale, illégale et immorale.

Cependant, certaines formes de maltraitance, notamment quand il s’agit d’une maltraitance prenant la forme d’une violence physique, peuvent laisser des signes. En effet, si le senior a des ecchymoses, des brûlures ou des fractures, on peut mettre sur la table le sujet de la maltraitance.

Si vous êtes témoin d’une situation de maltraitance et même si vous n’êtes pas un proche de la victime, vous pouvez agir en contactant un organisme spécifique. Soulignons d’ailleurs que cette maltraitance, même si elle n’est pas de l’ordre du physique, peut avoir des conséquences plus ou moins graves sur la victime.

La maltraitance par les professionnels

Dans les établissements spécialisés qui accueillent les seniors, la maltraitance est également courante. Les aidants, même s’ils sont diplômés, peuvent être à l’origine de cette situation. Pour ces professionnels, le stress, la fragilité psychologique, la surcharge de travail et bien d’autres éléments peuvent être facteurs de risque.

Pour éviter de tomber dans la maltraitance, les soignants doivent également se former. Si vous êtes soignant dans un ehpad ou une auxiliaire de vie auprès d’une personne âgée, vous pouvez prendre l’initiative de suivre une formation bientraitance avec l’Afpc.